Terre - Généralités - Humus

Publié le par Anne-Laure

 

          Le terme « terre » désigne beaucoup de choses comme notre planète par exemple. Mais dans le sens des 4 éléments, je préfère entre autres l'assimiler au sol. L'humus est la couche supérieure du sol que l'on prend souvent pour de la terre.

 

 

           Il est créé et entretenu par la décomposition des matières organiques. La terre ou l'humus a la capacité d'absorber et de retenir l'eau. Il est souvent d'aspect brunâtre plus ou moins foncé et dégage une odeur caractéristique différente selon l'endroit où le trouve. C'est en zone tempérée que l'humus est le plus présent, dans les déserts et zones privées de végétation, il est carrément absent.

 

Soil_profile.jpgLes différents horizons d'un profil de sol

 

 

             L'humus est produit par l'oxydation de la matière organique présente. Cette production est augmentée et accélérée si il y a en plus des organismes vivants présents. En effet dès cet instant ils l'ingèrent et le transforment ou produisent et rejettent des enzymes qui s'en chargeront. Grâce à ses capacités d'échange et sa décomposition lente, l'humus fournit aux végétaux tous les éléments nutritifs nécessaires. La matière de base de l'humus est végétale(feuilles mortes et débris végétaux en décomposition recouvrant le sol ou résidus de cultures), puis microbienne et organique lors de la transformation, alors que les couches du dessous, elles, sont essentiellement minérales. La partie organique est composées d'éléments d'origine animale déposés à la surface (comme les excréments par exemple) ou remontés par des fouisseurs (essentiellement les vers de terre, fourmis, thermites ). La transformation est plus ou moins lente. En zone froide ou continentale, la formation de l'humus est accélérée au printemps quand la température monte et que l'humidité est importante. L'humus peut s'accumuler et évoluer très lentement sous climat froid, jusqu'à constituer un puits de carbone, une tourbière par exemple. Mais en climat chaud, il peut se minéraliser très rapidement et disparaître. Il est généralement absent des forêts tropicales, mais en Amazonie, on a récemment découvert une sorte d'humus très ancien et d'origine humaine. Il est caractérisé par sa couleur noire, et est nommé de ce fait « terra preta ». Il aurait été constitué à partir de charbon de bois.

 

 

 

Terra_Preta.jpg

L'oxisol (à gauche) et la Terra Preta (à droite)

 

 

           Deux types d'accumulation d'humus particulières existent, les tourbières comme précisé plus haut, mais aussi les « sables blancs ». Ces derniers sont une accumulation d'humus et de sable en couches.

 

           Donc suite à cet article, plusieurs directions s'offrent à nous : les tourbières, les zones de « sables blancs » et les zones de terra preta. Et pourquoi pas les déserts. Tout comme pour l'eau, l'absence de terre peut y être intéressante à observer...

 

 

           En ce qui concerne la terra preta, je n'ai pas encore fait de recherches poussées, mais il semblerait qu'on la trouve essentiellement dans le bassin amazonien et notamment au Brésil du côté de Manaus et de Santarem. Si je n'ai pas d'indications précises sur le lieu, je sais néanmoins que pour se rendre à Manaus, à part emprunter l'avion, il faut descendre l'Amazone en bateau (environ 5 jours) et donc passer par Santarem. Il faut savoir aussi que c'est à cet endroit là qu'il y a un mascaret. Pour nous qui sommes à 2 pas de celui de Saint Pardon, on ne va quand même pas rater ça, et en plus c'est en rapport à l'eau. Donc une petite croisière au départ de Belem s'impose ! Et puis là-bas on verra ce qu'on peut trouver sur la Terra Petra...

 

illus33web.jpg

Carimbo – Danse de Belém – Brésil

Photo de André Solnik

 

illus30web.jpg

Santarém – Brésil

 

illus31web.jpg

Habitations de pêcheurs à Manaus – Brésil

Photo de Hamadryades

 

pt28732.jpg

Théâtre de Manaus – Brésil

Photo de Nicolas Dürr

 

pt65649.jpg

Bateau de croisière sur l'Amazone – Brésil

Photo de Michel Horenbeek

 

 

Localisation :

illus32web.jpg

 

 

           Beaucoup de Pays de l’hémisphère nord possèdent des tourbières, la France y compris. Ainsi il serait délicat de baser la visite d'un pays sur ses tourbières, même si en Russie par exemple les tourbières font particulièrement parler d'elles à cause des nombreux incendies qui s'y déclarent. Je préfère donc rechercher des tourbières ou des utilisations particulières de la tourbe dans des pays déjà présélectionnés.

 

 

           En Islande la tourbe faisait autrefois partie intégrante de l'architecture. La ferme la plus connue est la ferme de Glaumbaer :

 

illus34web.jpg

Eglise de Vidimyri

Photo de Molechaser

 

illus35web.jpg

Ferme de Glaumbaer

Tania Ho

 

 

Localisation :

illus36web.jpg

 

          Concernant les sables blancs, la recherche a été beaucoup plus difficile... Il semblerait, mais j'avoue ne pas être sûre à 100% de mon information, qu'il existe des sables blancs dans la forêt Guyanaise et au Surinam. Ils seraient les plus présents sur une zone à cheval sur le Guyana et le Surinam. Cependant en Guyane Française, ces forêts de sables blanc font l'objet d'une véritable protection. Pour les trouver il faut se rendre dans la réserve naturelle d'Amana aux alentours de la commune de Mana. Voici une petite image qui en plus de montrer la forêt sur sable blanc nous présente un petit panneau directionnel qui a le mérite de bien m'avoir fait rire car je n'avais jamais vu Angoulême indiqué comme ça...hihihi....

 

illus37web.jpg

Réserve d'Amana - Mana - Guyane

Photo: GEPOG

(cette photo est diffusée sur mon blog sans accord préalable de leur part. Donc elle sera retirée si nécessaire)

 

Localisation:

illus38web.jpg

 

 

Et voilà de quoi compléter notre éventail de destinations possibles !

 

Sources: Wikipédia, Fotopedia, Flickr, GEPG, routard.com

 

 

Mais que va-t-on faire du chat ?

 

Jour 20

Budget : environ entre 20 000 et 50 000 euros           Economies : 4 200 euros

Cigarettes fumées : 6 – ça descend toujours et sans stress, cool !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article