Pourquoi partir au bout du monde ? Et Pourquoi faire ?

Publié le par Anne-Laure

 

Il nous a semblé que la première question à se poser avant d'entamer une telle préparation était: pourquoi ?

 

illus2web.jpg

Pourquoi partir ?

Et si c'était simplement pour découvrir le monde …. La richesse de ses paysages, de ses cultures, de ses habitants, de sa gastronomie, de son artisanat...Nous avons envie de permettre à notre fils de jouer avec des enfants du monde entier, de grandir avec des images et des souvenirs d'ailleurs, de lui offrir la possibilité de prendre du recul par rapport à son quotidien.


En partant au bout du monde, on a la possibilité de s'évader. En choisissant d'imaginer ce projet, on le rend déjà un peu plus accessible. On donne du sens à notre quotidien. On porte déjà un regard neuf sur ce qui nous entoure alors même qu'on n'a pas passé la limite du village. Il ne s'agit pas là de quitter une prison, mais plutôt de s'ouvrir à autre chose pour en ressortir grandit et plus conscient. En effet par sa diversité et par les chocs culturels (parfois violents) le monde nous force à remettre en questions nos pratiques, nos idées, nos croyances et nous-mêmes; à nous bousculer dans notre quotidien et à devenir plus « clairvoyant ». En faisant le choix de cet hypothétique voyage nous choisissons nous-mêmes de nous bousculer un peu, mais nous savons que demain c'est peut-être le monde qui le fera.


Partir au bout du monde est une expérience personnelle bien sûr mais c'est aussi une expérience collective. Participer à ce voyage c'est se retrouver ensemble, en famille, pour le meilleur... et pour le pire... Il s'agit aussi d'élaborer un projet commun auquel chacun d'entre nous peut participer, et d'aller jusqu'au bout ! Mais cette expérience collective ne s'arrête pas à notre petite famille, elle s'étend aussi aux gens que nous allons rencontrer, et aux échanges au sein desquels nous nous trouverons. Choisir de vivre une expérience collective est synonyme de partage. Comme la plupart des « tourdumondistes » (et oui, je commence déjà à connaître quelques mots du vocabulaire des tours du monde...hihihi...) nous avons commencé à nous documenter. Les multiples expériences de ceux qui ont fait ce que nous voulons faire sont d'une aide précieuse. Alors si nous faisons le choix d'une expérience collective, elle passe aussi par internet, afin que d'autres puissent profiter de notre expérience (ou peut-être de notre inexpérience) et de notre réflexion comme nous le faisons nous-mêmes de celles des autres.



Pourquoi faire ?

Bon, on a une idée globale du pourquoi? Et justement la question du « partage » semble importante. Donc qu'allons nous partager ? Avec qui ?

 

Nous avons rapidement rayée la question du financement extérieur. Notre financement sera personnel. Si on nous aide un peu tant mieux, mais nous n'avons pas de grande idée de projet novateur et il serait mal honnête d'en inventer un là comme ça tout de suite, juste pour se faire financer un voyage qui est avant tout familial. Cependant lors d'une brève recherche sur la question du financement est apparue la notion de voyage à thème, et celle de fil conducteur, mais aussi de partenaire et d'interlocuteurs. Ces notions sont intéressantes, elles sont relative à la notion de partage et cela nous permettrait aussi de trouver un moyen de garder une trace de notre périple. Nous en avons parlé ensemble.

 

Pour ce qui est du thème, nous ne nous sommes pas vraiment mis d'accord sur celui que nous allons choisir. Je vais faire une liste de thèmes et la soumettre à Jean-François et Julien, nous essaierons de nous positionner à ce moment là. Un thème, un fil conducteur peut être intéressant pour la construction de notre projet de voyage. Il facilitera notre choix d'itinéraire et de ce qui en découle. Pour ce qui est des partenaires et des interlocuteurs, il nous a semblé intéressant de partager notre expérience avec les enfants de l'école de Julien, ce qui permettra également à ce dernier de garder un contact avec le milieu scolaire traditionnel. De mon côté j'ai aussi pensé à un échange avec l'association de loisirs pour laquelle je travaille en tant qu'animatrice ainsi que l'école maternelle et primaire avec laquelle nous sommes partenaires. En ce sens nous pouvons aussi étendre ce projet d'échange avec les autres écoles environnantes et certaines écoles des pays traversés. Mais le thème de l'école ne peut pas se suffire à lui-même, en tous cas pas pour nous puisque nous n'en avons pas une connaissance suffisamment approfondie. Trouver un thème qui nous convienne à tous les trois est donc maintenant notre nouvel objectif.

 

Mais que va-t-on faire du chat ?

 

Jour 1

Budget: inconnu             Economies: 0

Publié dans Préparation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Aurore 15/03/2011 13:20


Ouf eh ben dis donc chapeau pour ce petit texte, il m'a émue !!! une belle réflexion
Bisous


Anne-Laure 15/03/2011 20:19



Emue ? Ah bon ! Je ne sais pas si c'était une belle réflexion, mais en tous cas, c'est une réflexion, ce qui est déjà pas mal. En fait à force de recherches sur notre thème d'autres réflexions
arrivent, sur le développement durable d'une part, ce qui est logique, mais surtout sur le comportement que nous, touriste devons adopter et qui n'est pas forcément une évidence. Il y a beaucoup
de choix à faire au cours de cette préparation et il y en aura sans doute aussi sur place, et ces choix ne sont pas toujours les plus simples et les plus faciles, comme le choix du type
d'hébergement par exemple. Privilégier les grands et luxueux hôtels ou l'Auberge de jeunesse du coin ?


Bises et merci de ta petite visite !